La paix en Europe grâce au charbon et à l’acier… et l’idée de Jean Monnet

L’histoire de l’amitié franco-allemande commence au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. L’Europe était alors en ruines, dévastée et il fallait tout reconstruire. Mais avant tout, il fallait trouver une solution pour que l’Allemagne et la France s’entendent à nouveau pour ensuite arriver à une paix durable en Europe. Restait à imaginer un système de relations entre les deux pays qui le permette… L’idée viendra du Français Jean Monnet, un fonctionnaire et un Européen convaincu. Il proposera une construction « à petits pas », basée sur une collaboration entre les Français et les Allemands. Son idée de génie est très simple, l’Allemagne et la France doivent produire et commercialiser ensemble leur charbon et leur acier. Ces deux produits étaient, à cette époque, particulièrement importants pour la reconstruction de l’Europe. Le charbon permettait de produire de l’énergie et l’acier constituait un produit d’une grande importance symbolique, car il permettait notamment – mais pas seulement – de fabriquer des armes. L’idée de Jean Monnet sera reprise par le ministre des Affaires étrangères français, Robert Schuman.  Le 9 mai 1950, Robert Schuman fait son célèbre discours : il propose officiellement la mise en commun des ressources en charbon et en acier de la France et de l’Allemagne dans une organisation ouverte aux autres pays d’Europe. La construction européenne est lancée de même que le rapprochement entre les deux pays jadis ennemis…

Le Traité de l’Elysée, une histoire d’amitié entre la France et l’Allemagne 

Très vite, d’autres initiatives vont voir le jour pour rapprocher davantage ces deux pays. A partir de 1958, le rapprochement franco-allemand va même se transformer en réelle réconciliation sous l’impulsion de deux hommes : le Français Charles de Gaulle, alors président de la République française et l’Allemand Konrad Adenauer, chancelier de la République fédérale d’Allemagne. Les deux hommes souhaitent instaurer une amitié durable entre les peuples des deux pays et pour ce faire, ils vont imaginer un projet basé sur une coopération dans plusieurs domaines : la politique étrangère, la défense ainsi que l’éducation et la jeunesse. Au programme : une consultation politique régulière sur les grandes questions internationales et pour les jeunes, un rapprochement concret grâce à l’apprentissage de la langue du pays voisin et les échanges. Cette coopération deviendra officielle le 22 janvier 1963 avec la signature du Traité de l’Elysée, destiné à renforcer concrètement la collaboration entre les deux pays.

Le Traité de l’Elysée est toujours aujourd’hui une véritable référence en matière de coopération franco-allemande et dans de nombreux écoles et établissements scolaires, la journée franco-allemande du 22 janvier est même devenue un vrai rendez-vous annuel pour mieux faire connaître la culture et la langue du pays partenaire.

ARTE, la chaîne de télévision franco-allemande installée à Strasbourg
A Strasbourg, ARTE, la chaine de télévision culturelle franco-allemande, installée dans le Quartier européen, est un autre résultat très concret de cette amitié franco-allemande. Depuis 1992, ARTE invite tous les téléspectateurs curieux à découvrir la culture de leurs voisins européens, à commencer par les Français et les Allemands. La chaîne propose notamment des téléfilms, des séries, des documentaires, des magazines culturels, des concerts, des spectacles et des émissions pour les enfants. Tous les programmes sont bien entendu diffusés en français et en allemand et certaines émissions sont également sous-titrées en anglais, espagnol, polonais et italien, ce qui fait que 70% des Européens peuvent regarder ARTE dans leur langue maternelle – un vrai rapprochement entre Européens donc, via les langues et la culture !!

Le savais-tu ? Le nom ARTE n’est pas le fruit du hasard…

Le nom ARTE est un acronyme, c’est-à-dire un mot formé à partir des initiales de plusieurs mots différents. Le nom complet de la chaîne est en fait Association Relative à la Télévision Européenne.