De la ferme à la table

 
brochure l'Europe au quotidien-sécurité alimentaire
 
brochure l'Europe au quotidien-sécurité alimentaire
 

Quelques dates clés

 
  • 1992 Avec le traité de Maastricht, la protection des consommateurs devient une compétence de l'Union européenne

  • 1999-2000 Plusieurs crises alimentaires (vache folle, dioxine, etc) inquiètent les consommateurs européens

  • 2002 Mise en place de l'Autorité européenne de sécurité des aliments

  • 2008 Instauration de l’«Agence exécutive pour le programme de santé publique» qui remplace l'«Agence exécutive pour la santé et les consommateurs» et assiste la Commission dans la gestion des programmes de santé, de protection des consommateurs et de la sécurité alimentaire.
 
 
 

Comment ça fonctionne ?

 
La libre circulation de denrées alimentaires au sein de l'Union européenne constitue aujourd'hui un aspect essentiel du marché intérieur. Cette libre circulation ne doit toutefois jamais se faire aux dépens de la santé et du bien-être des citoyens européens.
L'objectif de l'Union européenne en matière de sécurité alimentaire est de garantir un niveau élevé de protection de la santé humaine et des intérêts des consommateurs dans le domaine alimentaire, tout en tenant compte de sa diversité.
 
 
 

Des exemples concrets

 
La sécurité alimentaire à la trace
 
traçabilité des denrées alimentairesAfin de garantir la sécurité des denrées alimentaires et des aliments pour animaux, l'Union européenne impose des règles par rapport à leur étiquetage et à leur traçabilité. Doivent figurer sur les produits: la liste et la quantité des ingrédients, la date de durabilité minimale ou encore la présence de possibles allergènes.
Les producteurs sont également dans l'obligation d'assurer la traçabilité de toutes les denrées alimentaires et de tous les aliments pour animaux tout au long de la chaîne alimentaire.
 
 
Identification des organismes génétiquement modifiés (OGM)
 
Une attention particulière est portée sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) dans les denrées alimentaires qu'elles soient destinées aux humains ou aux animaux. Pour protéger et informer les consommateurs il est obligatoire d'étiqueter les produits par un étiquetage particulier s'ils contiennent des OGM. Ainsi, le consommateur peut choisir le d'acheter ce produit ou non. En plus, la traçabilité doit être garantie afin de pouvoir retrouver la source des OGM.
 
 
Pour boire sans modération...l'eau dans l'Union européenne
 
La qualité des eaux destinées à la consommation est règlementée au sein de l'Union européenne. Les États membres sont dans l'obligation de contrôler de manière régulière la qualité de l'eau potable. Parmi les paramètres contrôlés figurent les pesticides, les nitrates ou encore le mercure.
 
 
Des chiffres et des lettres dans nos assiettes
 
E162, E300 ou encore E957... les additifs alimentaires (conservateurs, colorants, antioxydants, arômes, etc) remplissent nos assiettes et inquiètent parfois les consommateurs. Pourtant, les additifs alimentaires sont règlementes au sein de l'Union européenne. Avant d'être mis sur le marché, tout additif est au préalable soumis à une évaluation par l'Autorité européenne de sécurité des aliments pour démontrer qu'il ne présente aucun danger pou la santé.
Les tests d'évaluation servent également à déterminer la dose journalière admissible pour chaque additif alimentaire, à savoir la dose à laquelle un additif peut être consommé quotidiennement et durant toute la vie sans effet indésirable pour la santé.
 
 
Plus qu'un joli emballage
 
traçabilité matériaux et objets en contact avec des alimentsLa législation européenne en matière alimentaire concerne également les matériaux et les objets destinés à entrer en contact avec les denrées alimentaires et notamment les emballages. Ces matériaux ne doivent en aucun cas présenter un danger pour la santé humaine ou entraîner une modification de la composition des denrées alimentaires.
Ces emballages sont alors marqués du label "verre et fourchette".
La traçabilité des matériaux et objets utilisés à des fins d'emballage alimentaire est obligatoire afin de faciliter les contrôles et le retrait des produits défectueux.
 
 
Allégations de santé contrôlées
 
L'Union européenne réglemente les allégations nutritionnelles et de santé (celles-ci consistent à présenter des aliments comme étant bénéfiques pour la santé). Ces allégations ne sont autorisées que lorsqu'elles sont scientifiquement prouvées et confirmées par l'autorité européenne de sécurité des aliments. Au total, ce sont quelques 222 allégations de santé qui se voient autorisées telles que "sans sel ajouté", "sans matières grasses", "le calcium est nécésaire à la croissance et au développent osseux normaux des enfants", etc.
 
 
Un nouvel étiquetage clair... Pour ne plus se perdre dans les étiquettes
 
etiquetage
L'union européenne impose des normes strictes en matière d'étiquetage. Les aliments doivent être pourvus d'une étiquette mentionnant les informations essentielles sur les allergènes, la valeur nutritionnelle et énergétique ainsi que la teneur en matières grasses, en graisses saturées, en glucides, sucres et sel.





Crédit photo: site de Toute l''Europe

 
 
 
 

Le saviez- vous ?

 
  • Le système d'alerte rapide pour les denrées alimentaires (RASFF) permet le retrait du marché de tout aliment présentant un risque pour la santé. Ce système, qui coure tous les États membres de l'Union européenne, traite chaque année près d'un millier d'alertes concernant des risques immédiats. Le poisson et les denrées alimentaires à base de poisson constituent les principales catégories à l'origine des alertes. Ce système concerne également les aliments pour animaux. Ce reportage décrit le fonctionnement du système d'alerte rapide au niveau européen en fournissant des exemples concrets, tels que l'empoisonnement à la mélamine et les problèmes causés par le soja chinois.

  • Avant d'être autorisé sur le marché européen, tout nouveau produit alimentaire fait l'objet dune procédure dévaluation.

  • Suite à la crise de la vache folle ou encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), l'étiquetage de la viande bovine et des produits dérivés est devenu obligatoire. Doivent notamment être mentionnés: le lieu de naissance et d'élevage de l'animal, mais aussi le lieu d'abattage et de découpage.