Roumanie La Roumanie

 
 
Carte
©Commission européenne
 
  • Adhésion à l'UE : 2007
  • Adhésion au Conseil de l'Europe : 1993
  • Superficie : 238 391 km2
  • Population : 19,94 millions d'habitants (2014)
  • Capitale : Bucarest
  • Langues officielles : Roumain
  • Ecouter du roumain
  • Religion principale : Orthodoxe
  • Régime politique : République
  • Chef de l'Etat : Klaus Johannis (Président depuis le 16 novembre 2014)
  • Chef du gouvernement : Sorin Grindeanu, premier ministre depuis le 4 janvier 2017
  • Monnaie : Leu
  • Indicatif téléphonique : + 40
  • Fête nationale : 1er décembre
 
 

Histoire

 
 
Parlement
Le Parlement
©Commission européenne
 
La Roumanie rattache ses origines à l’ancienne Dacie, érigée en Province romaine par l’empereur Trajan en 106 après J.-C.. Le peuple roumain ne réalise son unité qu’au XIXe siècle, après avoir vécu différentes dominations (turque, russe, austro-hongroise).
 
  • 1859 Création d’un Etat national par l’union de la Valachie et de la Moldavie,deux principautés autonomes qui composaient la région depuis le Moyen Âge.
  • 1878 L’engagement dans le conflit russo-turc permet l’indépendance complète de la Roumanie reconnue par le traité de Berlin.
  • 1916 La Roumanie s’engage aux côtés des Alliés.
  • 1919-1920 Traités de Saint-Germain et de Trianon : naissance de la grande Roumanie à laquelle sont rattachées la Dobroudja, la Bessarabie, la Bucovine et la Transylvanie.
  • 1940 A la suite d’un ultimatum, l’URSS annexe la Bessarabie et la Bucovine du Nord. Sous la pression de l’Axe, la Roumanie cède la Transylvanie du Nord à la Hongrie et la Dobroudja du Sud à la Bulgarie.
  • 1941 Entrée en guerre des Roumains aux côtés de l’Allemagne contre l’URSS.
  • 1946 Les communistes roumains s’emparent du pouvoir, la Roumanie devient une république socialiste.
  • 1947 Le traité de Paris est signé. La Roumanie récupère uniquement la Transylvanie.
 
  • 1965-1989 Nicolae Ceausescu est au pouvoir.
  • En 1968, il condamne l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie. La dictature est instaurée au début des années 1970.
  • 1989 La dictature est renversée suite à une violente insurrection soutenue par l’armée. Ceausescu et sa femme sont jugés et exécutés sommairement.
  • 1990 Le Front du salut national remporte les premières élections pluralistes. Ion Iliescu devient président de la République. Il occupe cette fonction de 1990 à 1996 puis de 2000 à 2004.
  • 1993 Adhésion à l'OTAN
  • 2004 Election de Traian Basescu à la présidence de la Roumanie
  • 2007 Adhésion à l'Union européenne. En mai, les Roumains se prononcent par référendum contre la destitution du Président Traian Basescu.
  • 2008 Le parti social-démocrate, allié au parti conservateur arrive en tête des élections législatives. Emil Boc (PDL, Parti démocrate-libéral) est nommé Premier ministre.
  • 2009 Traian Băsescu est reconduit dans ses fonctions présidentielles.
 
 

Bucarest

 
 
Parlement
Le Parlement
©Commission européenne
Bucarest
 
La ville de Bucarest est située dans la plaine de la Valachie. Une légende raconte qu’un pasteur du nom de Bucur aurait fondé un village sur la rive gauche de la Dâmbovita et ainsi donné son nom à la future capitale de la Roumanie. Pourtant son nom actuel n’apparaît pour la première fois que dans un document signé en 1459 par le célèbre Prince Vlad Tepes (Vlad l’empaleur). Bucarest devient officiellement la capitale de la Roumanie en 1862. Son expansion économique à la fin du XIXe siècle a été favorisée par sa situation privilégiée entre l’Europe centrale et l’Asie. Elle est restée depuis, le premier centre économique du pays.
De cette époque date l’organisation urbaine moderne avec ses larges avenues et ses beaux quartiers alors habités par la noblesse et la nouvelle bourgeoisie, ce qui lui valait le surnom de “petit Paris de l’Orient” à l’entre deux guerres. Le coeur historique a énormément souffert de la politique urbaine imposée par Ceausescu pour laisser place au colossal Palais du peuple (aujourd’hui Parlement de la Roumanie) et au boulevard de l’Union.
La ville offre aujourd’hui aux visiteurs une ambiance animée et cosmopolite, mi-orientale mioccidentale et une vie culturelle très riche.
 
 

Le Delta du Danube

 
delta
 
Avec ses 2860 km de long, le Danube est le second plus grand fleuve d’Europe. Prenant sa source dans la Forêt-Noire, il traverse neufs Etats avant de se jeter dans la mer Noire. A 90 km des côtes de la mer Noire, le Danube forme un delta divisé en 3 grands bras appelés Chilia, Sulina, et Sfântu Gheorghe.
Le delta est une réserve naturelle d’environ 5640 km2 composée d’îles, de roseaux, de lacs, de dunes et de forêts de chênes. Cette réserve abrite une faune et une flore uniques. D’ailleurs, un quart du delta a été classé Réserve de la biosphère par l’UNESCO. On y trouve en effet quelques 300 espèces différentes d’oiseaux. A mi-chemin entre le pôle Nord et l’Equateur, le delta est une étape essentielle au repos et à la reproduction des oiseaux migrateurs, pour la plupart des espèces rares. Serpents, renards, sangliers ou tortues habitent les rives du fleuve.
La vie aquatique est également foisonnante, ce qui fait de la pêche la principale activité des 15 000 habitants qui vivent au delta du Danube et dont le mode de vie n’a guère changé depuis des siècles. Le tourisme y est en pleine expansion sans pour autant perturber l'écosystème de cette réserve unique en son genre.
 
 

Brancusi

 
Brancusi
 
Le sculpteur Constantin Brancusi est né à Pestisani Gorj en 1876 dans une famille paysanne. Après des études à
l’école des Beaux- Arts de Bucarest, il travaille à Vienne et à Munich avant de s’installer à Paris en 1904. Ses premières oeuvres montrent l’influence d’Auguste Rodin, mais à partir de 1908, date de la première version du Baiser, son style évolue radicalement. L’exemple des arts primitifs le pousse à la recherche de formes pures, simples et dépouillées : les formes ovoïdes de Mademoiselle Pogany, ou celle de cylindre allongé de l’Oiseau dans l’espace. Cherchant plus à sculpter une idée que la réalité, il atteint l’abstraction et bouleverse peu à peu la sculpture traditionnelle. Sa création allait gagner la notoriété internationale en 1913 lors de la grande exposition d’art moderne de New York dite “Armory Show”. Avec les Colonnes sans fin (1937), Brancusi crée une sculpture formée par l’addition de modules identiques superposés. Il polit avec un soin extrême la surface de ses oeuvres, laissant à la lumière le rôle essentiel de suggérer la dématérialisation des volumes. Brancusi est mort à Paris le 16 mars 1957. Son oeuvre a inspiré de grands artistes contemporains comme Hans Arp, Archipenko ou Henry Moore.
 
 

Le saviez-vous ?

 
 
Nadia Comaneci
Les Jeux Olympiques de Montréal en 1976 ont révélé une jeune roumaine de 14 ans, Nadia Comaneci, première gymnaste au monde à remporter le concours général avec la note maximale de 10.
 
Le Comte Dracula
Vlad Tepes, prince de Valachie au XVe siècle, inspire le romancier irlandais Bram Stocker en 1897 lorsqu’il invente le personnage légendaire le plus sanguinaire : le Comte Dracula !
 
Le monumental Palais du peuple
Erigé au coeur de Bucarest entre 1984 et 1989, à la demande du dictateur Ceausescu, le monumental Palais du peuple est le second plus grand bâtiment administratif du monde, après le Pentagone.
 
 
 
A lire également
 
 

Photo du mois

Photo du mois : Parlamentarium Proposer une photo

L'agenda européen


    • 22 octobre 2017

      Représentations théâtrales des pièces « Audience » et « Pétition »

    • A l’occasion de la remise du Prix des Droits de l’Homme Václav Havel par l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe, le Lieu d’Europe propose, en partenariat avec le Conseil de l’Europe et la Représentation permanente de la République tchèque auprès du Conseil de l’Europe, un événement pluridisciplinaire en l’honneur de Vaclav Havel, son œuvre, mais aussi et plus généralement des Droits de l’Homme dont il fut un ardent défenseur.
      Représentations théâtrales proposées par les comédiens Christophe Feltz et Luc Schillinger.
      Václav Havel n’a jamais dissocié son écriture de la politique. Ces deux pièces en un acte écrites entre 1975 et 1978 à l’époque où son opposition au régime communiste prosoviétique lui vaut d’être condamné à plusieurs reprises pour délit d’opinion, racontent de savoureux, caustiques et humoristiques moments de Ferdinand Vanek, personnage central et double imaginaire de l’auteur.
      > en savoir plus
    • 24 octobre 2017

      Vernissage de l’exposition « Ce que la route dessine »

    • Mardi 24 octobre à 18h30 dans le pavillon vitré – Lieu d’Europe

      En partenariat avec la Médiathèque André Malraux et dans le cadre de l’exposition « Déflagrations », le Lieu d’Europe vous propose de découvrir l’exposition « Ce que la route dessine ».

      Comment se raconter, créer ensemble quand il n’y a pas de langage commun ? L’association Parole sans Frontière propose une exposition retraçant un an d’atelier d’arts plastiques réalisé avec des personnes en situation d’exil dans le cadre d’un projet pilote de la Commission européenne (Pilot Project Fundings for Victimes of tortures). Tout au long de ce travail, l’artiste intervenante Léa Fournier a partagé son savoir-faire pour proposer aux participants de s’exprimer à travers diverses techniques graphiques et de composer ensemble un voyage fictif, une odyssée personnelle.

      Du 24 octobre au 10 novembre dans le pavillon vitré

      Visites guidées en présence de Léa Fournier les samedis 28 octobre et 4 novembre à 14h30.

      A l’occasion de cette exposition, différentes tables rondes sont organisées pour discuter des questions liées à l’exil, à la parentalité, à l’accueil proposé aux personnes qui arrivent en France et à la place que peut occuper la création artistique pour s’exprimer dans ce parcours. CASAS, La Cimade, Migrations Santé Alsace, différents acteurs du monde associatif et institutionnel dans le champ culturel, sanitaire et sociale participeront et animeront ces échanges.
      Différents artistes, plasticiens, comédiens, illustrateurs, metteurs en scène seront également conviés à partager les expériences qu’ils ont menées et à présenter le fruit de leurs différentes interventions.

      >en savoir plus