Pierre PFLIMLIN

 
 
 
Pierre Pflimlin élu Président du Parlement européen à Strasbourg.
Crédit photo Parlement européen
 
 
 
 
 

5 Février 1907 : Naissance à Roubaix
1914 : Elève du lycée allemand de Mulhouse
17 novembre 1918 : Les troupes françaises font leur entrée à Mulhouse
1929 : Thèse de doctorat en droit sur l’industrie de Mulhouse
1933 : Inscription au barreau de Strasbourg
1938 : Connaissance de Robert Schuman
1940 : Mobilisation dans l’Aisne puis dans les Ardennes
1940 : Prisonnier
1940 : Libération après 6 mois de captivité en Allemagne
1941 : Passage en zone libre
1941-1945 : Juge d’instruction à Thonon (Haute-Savoie)
15 août 1945 : Retour à Strasbourg
1945 : Adhésion au MRP
30 septembre 1945 : Election au Conseil municipal de Strasbourg
1945 et 1946 : Membre des deux Assemblées Nationales Constituantes
1946-1971 : Député du Bas-Rhin
1946 : Sous-secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Santé et de la Population
1946 : Sous-secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’économie nationale
1947 - 1951 : Ministre de l’Agriculture du gouvernement de Robert Schuman

1947 : Rencontre de Jean Monnet
1950 : Proposition de création d’une organisation européenne des marchés agricoles « pool vert »
1951 : Ministre du Commerce et des relations extérieures
1951-1976 : Président du Conseil général du Bas-Rhin
1952 : Ministre de la France d’Outre-mer
1955 : Ministre des finances
1957-1958 : Ministre des finances, des affaires économiques et du plan
13 au 28 Mai 1958 : Président du Conseil
Juin 1958 : Ministre d'Etat dans le Gouvernement du Général de Gaulle
1958 : Participe à l’élaboration de la Constitution de la Vème république et instigateur du fameux article 49.3

1959-1967 : Représentant de la France à l’Assemblée du Conseil de l’Europe et du Parlement européen
1959-1983 : Maire de Strasbourg (alliance du MRP avec les Gaullistes)
1962 : Ministre d’Etat chargé de la coopération
1962 : Démission du gouvernement, désaccord avec de Gaulle sur la politique européenne
1963-1966 : Préside l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe
1973-1983 : Membre du Conseil régional d’Alsace
1979-1989 : Député européen
1984-1987 : Président du Parlement européen
1991 : publie ses mémoires, « les Mémoires d’un Européen »
1997 : Discours sur « l’Europe en devenir »

 
 
 
 
 

Pierre PflimlinAprès l’armistice de 1945, Pierre Pflimlin interrompt sa carrière de magistrat à Metz pour revenir à Strasbourg et c’est un peu par hasard qu’il se retrouve pris dans l’engrenage de la vie politique. A la libération, la vie politique locale prend un nouveau départ avec la création du « Parti Républicain Populaire » qui décida de s’intégrer dans le Mouvement Républicain Populaire (MRP) présidé par Georges Bidault. Lors des élections municipales de septembre 1945, au fruit d’une alliance avec Charles Frey, futur maire de Strasbourg, qui appartenait au « Parti Démocratique du Bas-Rhin », Pierre Pflimlin est élu au Conseil municipal de Strasbourg.


Dès le mois suivant eurent lieu les élections à la première Assemblée nationale constituante. Le MRP choisi comme « jeune poulain » le tout nouveau venu et parfait inconnu Pierre Pflimlin et le plaça en quatrième position sur la liste. La liste du MRP obtient cinq sièges et deux mois après son retour à Strasbourg, il est député de l’Assemblée nationale constituante. Pierre Pflimlin retrouve à l’Assemblée et au sein du MRP Robert Schuman (futur père fondateur de l’Europe). C’est sous ses conseils que le député alsacien fera ses premiers pas parlementaire.


Dès 1946, Pierre Pflimlin sera nommé sous-secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Santé et de la Population. Il participera par la suite aux nombreux gouvernements de la IVème République. Robert Schuman le nommera ministre de l’Agriculture en 1947 et il aura la lourde tâche de moderniser l’agriculture et mettre fin aux pénuries alimentaires de l’après guerre. Malgré l’instabilité gouvernementale, cinq gouvernements se succédant, Pierre Pflimlin passera trois ans à la tête de ce ministère. Ministre du Commerce de 1951 à 1952, ministre de la France d'Outre-Mer de 1952 à 1953, il fut également ministre des Finances et des Affaires économiques de 1955 à 1956 et de 1957 à 1958 avant de devenir Président du Conseil le 13 mai 1958 dans des conditions particulièrement dramatiques. En prenant la présidence du Conseil, Pierre Pflimlin savait que pour résoudre les problèmes en Algérie, il fallait rapidement s’engager dans une réforme de l’Etat et de la Constitution. Mais le nouveau président du Conseil avait la réputation d’avoir une vision « libérale » sur la question algérienne. Pierre Pflimlin ne put résister au climat d’insurrection en Algérie et négocia la transmission du pouvoir au Général de Gaulle en toute légalité. Il démissionna le 28 mai.

Pierre Pflimlin accepta de participer en tant que Président du MRP au dernier gouvernement de la IVème République, celui du Général de Gaulle. Pour élaborer la nouvelle Constitution le Général de Gaulle mis en place un comité interministériel auquel participait Pierre Pflimlin. Des dispositions proposées par Pierre Pflimlin, l’article 49-3 qui permet au Premier ministre de faire passer un texte qu'il présente, sans vote en posant la question de confiance, est certainement le plus connu.


En 1962, Pierre Pflimlin participera encore au gouvernement de Georges Pompidou souhaitant ainsi infléchir, de l’intérieur, les positions du Général envers l’Europe. Un mois à peine après sa nomination, une conférence de presse au cours de laquelle le Général de Gaulle brocarde les partisans de la construction européenne le conduit avec trois autres ministres du MRP à démissionner du gouvernement.


Pierre Pflimlin se consacrera alors le restant de sa vie à deux autres chantiers chers à son cœur : sa ville (Strasbourg) et la construction européenne.
 
 
 
 
 

Pierre PflimlinL’Europe était la grande conviction de Pierre Pflimlin. Ayant connu aussi bien la première et la seconde Guerre mondiale, il était persuadé que la mise sur pied d’une Europe politique constituait le meilleur moyen d’établir une paix durable entre les deux ennemis héréditaires, la France et l’Allemagne. Avec Robert Schuman, il était un des grands promoteurs de la réconciliation franco-allemande. Très impressionné par la déclaration historique de Robert Schuman portant création d’une Communauté européenne du charbon et de l’acier, il tentera d’apporter sa propre pierre à l’édifice européenne en construction en proposant au mois de juin 1950 la création d’une « organisation européenne des principaux marchés agricoles » (plus connu sous le nom de « Pool vert »). Pour Pierre Pflimlin, alors ministre de l’agriculture, ce nouveau projet d’intégration sectorielle avait deux fonctions : d’une part, la constitution d’un espace agricole européen, compétitif à l’échelle mondiale et pouvant servir de solution aux problèmes posés par le ravitaillement de l’Europe et le développement de son agriculture et d’autre part, ce projet servirait également les intérêts propres de la France en assurant de nouveaux débouchés à certains produits alors en surproduction, tels que le blé, le beurre ou encore le vin. Mais les résistances à ce projet furent nombreuses et le gouvernement français va finalement préférer se concentrer sur la collaboration européenne lancée dans le domaine du charbon et de l’acier. En juillet 1954, après plusieurs tentatives de relance, le projet d’organisation européenne en matière agricole de Pierre Pflimlin sera finalement abandonné. Les principales idées de ce « pool vert » seront toutefois reprises lors du lancement de la PAC, la Politique agricole commune quelques années plus tard.


Pierre Pflimlin continuera d’œuvrer pour la création d’une « Grande Europe » après avoir quitté le gouvernement français. De 1959 à 1967, il occupera la fonction de représentant de la France à l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe. De 1963 à 1966, il sera même le président de cette assemblée. De 1962 à 1967, Pierre Pflimlin occupera en parallèle la fonction de représentant de la France au Parlement européen. Il reviendra ensuite au Parlement européen en 1979 à l’occasion des premières élections européennes au suffrage universel direct en tant que député européen appartenant au groupe du Parti populaire européen. Vice-président du Parlement européen de 1979 à 1984, il accédera finalement à la fonction de président du Parlement européen de 1984 à 1987, une période marquée par plusieurs évènements symboliques pour la continuité de la construction européenne : la signature de l’Acte unique européen, l’adhésion à la Communauté de l’Espagne et du Portugal ainsi que l’adoption officielle par la Communauté européenne du drapeau et de l’hymne européen.


Pendant son mandat de deux ans et demi à la tête du Parlement européen, Pierre Pflimlin a contribué de manière considérable à l’augmentation des pouvoirs de l’assemblée dans la prise de décision européenne. Il a notamment fait en sorte que le Parlement soit très étroitement associé à la perspective de « Grand marché » grâce à l’instauration de la « procédure de coopération », instauré par l’Acte unique européen, donnant au Parlement européen une plus grande possibilité d’influencer le processus législatif européen par une « double lecture » des propositions législatives de la Commission européenne. Cette procédure servira en quelque sorte de transition entre la procédure de consultation simple dont était l’objet le Parlement au départ de la construction européenne, limitant le rôle de l’assemblée parlementaire à celle d’une assemblée consultative, et la procédure de co-décision (procédure de décision instaurée par le traité de Maastricht) mettant aujourd’hui le Parlement européen sur un pied d’égalité avec le Conseil de l’Union européenne en matière décisionnelle. Pierre Pflimlin a également contribué à souligner l’importance du Parlement européen dans l’adoption du budget communautaire. Ayant refusé de signer le projet de budget pour 1985 qui, selon lui, était insuffisant pour couvrir les besoins de la Communauté (pourtant « formellement » identifiés au niveau politique par le Conseil européen), il a démontré l’impossibilité pour la Communauté européenne d’avoir un budget sans la signature du président du Parlement européen, l’assemblée faisant partie intégrante de l’autorité budgétaire européenne.


Pierre Pflimlin restera membre du Parlement européen jusqu’en juin 1989. Il quittera définitivement l’assemblée parlementaire européenne au mois de juillet 1989 et mettra par la même occasion une fin à sa vie publique.
 
 
 
 
 

-« Mulhousien d’origine et strasbourgeois d’adoption, je n’ai aucun mal à me considérer comme un Alsacien français, militant de l’Europe », Mémoires d’un Européen. Paris, Fayard, 1991.


-« Je suis Européen parce que je suis Alsacien ».


-« J'étais dès ma jeunesse convaincu qu'il fallait mettre fin à l'hostilité séculaire entre la France et l'Allemagne, que l'Alsace peut-être avait vocation de servir de trait d'union.
La guerre, je l'avais vécue, elle avait été désastreuse, et on pouvait penser qu'elle laisserait longtemps encore des ressentiments, des rancœurs, et j'ai ressenti vraiment comme une espèce de miracle que trois ans seulement après la fin de la guerre, en 1948 il se soit trouvé des hommes responsables de différents pays pour se réunir à La Haye et de dire : on va faire une union européenne ». Archives audio du Conseil de l’Europe 5 mars 1998.


-« J'espère qu'il y aura assez d'hommes et de femmes déterminés pour entreprendre cette grande tâche de la construction de l'Europe du XXle siècle. Europe de prospérité, oui, Europe de puissance pour la paix, Europe aussi et surtout résolue à affirmer face au monde la primauté des valeurs de l'esprit. »Conseil de l’Europe, 90ème anniversaire de Pierre Pflimlin.


-« Je pense que nous devons chercher quelque manière de concilier la nécessité de l'élargissement de la Communauté - nul d'entre nous n'a le droit de tenir à l'écart du processus d'unification quelque pays de l'Europe libre que ce soit- et la nécessité non moins impérieuse de donner à la Communauté la cohésion, le dynamisme et, partant l'efficacité dont elle a besoin ».Assemblée Consultative du Conseil de l'Europe, le 24 septembre 1962 à Strasbourg

 
 
 
 
 

- L’Europe communautaire, en collaboration avec Raymond Legrand-Lane, Paris, Plon, 1966.

- Le Cheminement de l’idée européenne, Fribourg, Ed. Univers, 1977.

- Entretiens avec Pierre Pflimlin. Itinéraires d’un Européen, Jean-Louis English et Daniel Riot, Strasbourg, La Nuée Bleue, 1989.

- Mémoires d’un Européen, de la IVe à la Ve République, Paris, Fayard, 1991.

 
 
 
 
 

Interview Pierre Pflimlin
Conseil de l'Europe Discours 1949-1999 / Conseil de l'Europe.- Strasbourg: Conseil de l'Europe [Prod.], 1999. Conseil de l'Europe, Strasbourg. - (05:43, Montage, Son original).
Copyright © Conseil de l'Europe.

Discours de Pierre Pflimlin
Intervention Pflimlin - Conseil de l'Europe à Strasbourg / Pierre Pflimlin.- Strasbourg: 24 septembre 1962. RTL, Paris. - (03:39, Montage, Son original). RTL, Paris, 22, rue Bayard.

Discours de Pierre Pflimlin, Maire de Strasbourg (Strasbourg, 28 janvier 1977)
Inauguration du Palais de l'Europe le 28 janvier 1977, Discours. Strasbourg: Conseil de l'Europe, 1977, p. 7.Copyright © Conseil de l'Europe

Interview de Philippe Edel, Ancien assistant parlementaire de Pierre Pflimlin au Parlement européen

 
 
 
 

Photo du mois

Photo du mois : LDE printemps Proposer une photo

L'agenda européen


    • 6 août 2017

      Visite guidée du quartier européen

    • A 15h. Rendez-vous au pied des escaliers devant le Conseil de l’Europe, avenue de l’Europe. La visite proposée permettra de s’attarder devant le Conseil de l’Europe, la Cour européenne des Droits de l’homme, le Parlement européen, Arte… pour approfondir leurs histoires et leurs fonctions.
      Inscription au 03 68 00 09 10 ou lieudeurope@strasbourg.eu