drapeau Moldavie République de Moldavie

 
 
carte Moldavie
© Commission européenne
 
  • Adhésion au Conseil de l'Europe : 1995
  • Superficie : 33 700 km²
  • Population : 3,56 million d'habitants (2014)
  • Capitale : Chişinău
  • Langue officielle : moldave (Roumain)
  • Religion principale : Christianisme orthodoxe
  • Régime politique : République parlementaire
  • Chef de l'Etat : Nicolae Timofti président depuis le 16 mars 2012
  • Chef du gouvernement : Pavel Filip (Premier ministre) depuis le 20 janvier 2016
  • Monnaie : Leu moldave (MDL)
  • Indicatif téléphonique : + 373
  • Fête nationale : 27 août
 

Histoire

 
histoire

Enclavée entre la Russie et l'Ukraine, la Moldavie est l'héritière de la Principauté de Moldavie (1359-1859) qui a vu son territoire éclaté entre la région de Moldavie en Roumanie, la République de Moldavie et l'Ukraine. La République de Moldavie actuelle, également appelée Moldova pour la différencier de la région historique roumaine, englobe des régions de la Bessarabie à l'est et au sud. Au cours du XIXèmle siècle, la Principauté de Moldavie s'unit avec la Principauté de Valachie pour former la Roumanie. Depuis l'indépendance de la Moldova, la vie politique est partagée entre les communistes qui revendiquent l'influence soviétique et les non-communistes qui se réfèrent au modèle européen.


© Ambassade de la Moldavie à Paris
 
 
  • Décembre 1917 : indépendance de la République Démocratique de Moldavie.
  • Mars-août 1944 : l'URSS récupère le territoire, entrainant la déportation de 120 000 roumanophones accusés de collaboration de septembre 1944 à mai 1945.
  • 1985-91 : revendication de l'identité roumaine au cours de la politique de la Perestroïka de Gorbatchev, qui se traduit par un retour à l'alphabet latin, le roumain devenant langue officielle avec le russe.
  • 27 août 1991 : indépendance de la République de Moldavie, immédiatement reconnue par la Roumanie.
  • Décembre 1991 : la République Moldave Pridnistréenne, dite Transnistrie, proclame son indépendance par rapport à Chisinau, mais n'est pas reconnue par la communauté internationale ; elle demande son rattachement à la Russie ou à l'Ukraine.
 
  • 1992 : violents combats en Transnitrie, peuplée de russophones séparatistes.
  • 1994 : rejet par référendum de l'Union avec la Roumanie, qui visait l'unification politique des deux Etats et, par celle-ci, l'entrée de la Moldova dans l'UE et dans l'OTAN, en raison notamment de la pression russe. Adhésion à la Communauté des Etats indépendants (CEI).
  • 1995 : pays associé à la franncophonie.
  • 1996 : création du GUAM (Organisation pour la démocratie et le développement) avec la Géorgie, l'Ukraine et l'Azerbaïdjan
  • 2007 : membre-signataire de l'Accord de libre-échange centre-européen. Bénéficiaire de la politique européenne de voisinage (PEV) de l'UE.
  • 2011 : conclusion des négociations entre l'Union européenne et la Moldova sur la protection des indications géographiques.
  • 2014 : Mise en place d'un accord d'association incluant une zone de libre-échange et libéralisation des visas de courts-séjours.
 

Chisinau

 
ChisinauLa ville de Chisinau (Chişinău) est le centre administratif, politique, économique, scientifique, culturel et touristique de la Moldavie. Etymologiquement, le nom signifie "source d'eau" en raison de deux rivières la traversant, Bîc et Işnovăţ. Surnommée “ville blanche baignée d’une mer verte” en raison des nombreux bâtiments en pierre blanche qui se noient dans les collines verdoyantes sur lesquelles la capitale est située, Chisinau se révèle particulièrement belle en été avec ses larges boulevards bordés d’arbres et ses places et squares abondants en fleurs.
Le centre historique de la capitale moldave comprend environ 700 immeubles datant du XIXème siècle, construits suivant le principe des quartiers fermés, 18 églises anciennes, y compris la cathédrale de la Naissance du Christ qui est au plein centre de la ville.
A partir de 1919, Chisinau a connu de multiples transformations architecturales parfois considérables au gré des changements de pouvoir, des tremblements de terre, de la guerre, mais surtout en raison d'une politique forte de développement urbain. Si la tradition architecturale soviétique prédomine dans les années 70, la plupart des constructions, parfois imposantes, s'inspirent des modèles occidentaux, celles-ci étant principalement destinées aux élites d’affaires, telles que les les banques et centres d’affaires.

© Ambassade de la Moldavie à Paris
 

La broderie

 
broderie1Les écrits de l'écrivain grec Hérodote qui font mention de la coutume des Thraces d'orner leurs habits de broderie font penser que la tradition de la broderie est la plus ancienne, ainsi que la plus populaire, de la République de Moldavie. Mais ce n'est qu'à l'époque médiévale que l'usage de broder des pièces de vêtement, en tissus fins, lin ou coton, se développe. Pratiqué essentiellement par les femmes en hiver quand elles étaient beaucoup moins sollicitées pour les travaux des champs, c'est à cette époque que la broderie devient un véritable art populaire, à tel point que la broderie s’est élargie aux objets d’ornement intérieur. Si l'industrie textile a contribué à faire diminuer la pratique cette tradition, l'art de la broderie se développe toujours, donnant parfois naissance à de véritables œuvres d’art.
Bien entendu, il va sans dire que le costume populaire moldave, en lin ou en chanvre, reflète cette art ancestral.

© moldavie.fr
 

Tradition architectonique : architecture rurale

 
architecture ruraleL'architecture rurale moldave offre une perspective très pittoresque, en ce que l'apparent hasard de l'arrangement des bâtisses cache en réalité une structure adaptée à la fois à la géographie du terrain, à la voirie et au mode de vie des habitants. Par conséquent, chaque village bénéficie d'une identité visuelle qui lui est propre.
Traditionnellement, et ce depuis les XVIIème – XVIIIème siècles, les paysans avaient l'habitude d'ériger des maisons à un niveau avec terrasse. Elle comporte habituellement trois pièces: l’entrée, la chambre à coucher commune qui servait aussi de salle à manger, et la "casa mare", soit « la grande pièce » où l’on recevait les hôtes. Ce type de maison est accompagné d'une terrasse qui complétait l'espace habitable de la maison, située sur un socle en pierre servant de support pour les colonnes ou piliers qui soutiennent le toit.
Par la suite, la maison paysanne a laissé la place à la maison de type bourgeois, digne d'un manoir. Elles étaient le plus souvent construites en pierre et en brique, parfois en bois. L'identité moldave s'en ait toutefois trouvée modifiée à l'air des complexes agro-industriels (années 1970-80).
La tradition veut que les jeunes couples des villages construisent leurs maisons, issues le plus souvent du fruit de leur imagination, contribuant ainsi à entretenir un paysage architectonique impressionnant.


photo: maison rurale moldave
© Musée du village de Bucarest

 

Le saviez-vous?

 
  • Un espace-frontière entre Slaves et Latins
La République de Moldavie est la seule des républiques de l’ex-URSS dont la langue officielle soit d’origine latine. En effet, le moldave n'est autre que le roumain qui est une langue romane orientale, directement issue du latin. Pour autant, depuis 1994 et l'échec de l'unification de la Roumanie et la République de Moldavie, les gouvernements et représentants communistes moldaves estiment que le moldave est distinct du roumain. Ce qui n'est pas sans engendrer des discriminations entre les deux civilisations, slave (Russes, Ukrainiens, Polonais, Bulgares, etc.) et latine (Roumains et Moldaves), qui composent la République de Moldova.

  • Les "bizarres" du nord
saviez vous...Le village de Pocrovca, dans le district de Donduşeni, renferme une spécificité toute particulière: aucun habitant n’est parti à la recherche d’un emploi à l’étranger. Même les jeunes partis parfaire leurs études dans d'autres villes reviennent à Pocrovca et sont presque obligés de s'y marier, conformément aux rites.
On dit qu’en 1820, 17 familles s’étaient réfugiées dans ces parages pour échapper aux persécutions dont elles étaient victimes en raison de leurs croyances, dans l'espoir d'y trouver un abri et un lopin de terre.
La gouvernance du village rappelle quelque peu les traditions séculaires qui voulaient que l'autorité ne soit pas confiée à une personne seule, mais à un groupe de sages. Ainsi, le maire ne dispose d'aucune véritable autorité, à l'inverse du “conseil” du village, constitué de 20 vieux sages, qui prennent toutes les décisions. Cette particularité peut surprendre, mais ne doit pas occulter le fait que cette petite communauté est très soudée par les liens de la solidarité et de l'entraide.
 
Sources des textes:
moldavie.fr
Ambassade de la Moldavie, Paris
 
 
 
A lire également
 
 

Photo du mois

Photo du mois : CIIE - neige Proposer une photo

L'agenda européen


    • Du 21 février 2017 au 24 février 2017

      Ateliers de sensibilisation à l'anglais

    • Ateliers de sensibilisation à l’expression orale de la langue anglaise aux enfants de 5 à 10 ans. Présence obligatoire d’un adulte.
      Avec des chansons, comptines, jeux, poésies, devinettes, danses et petits contes sur les thèmes des couleurs, du corps, des animaux, du temps, des saisons…Chaque atelier est autonome.
      Intervenante : Kiera Tchelistcheff. Entrée libre
      Inscription à lieudeurope@strasbourg.eu ou au 03 68 00 09 10
    • 28 février 2017

      Mobilité transfrontalière, européenne et internationale

    • Soirée d'information à destination des responsables associatifs et bénévoles sur les programmes de mobilité : volontariat, rencontres de jeunes, emploi, chantier internationaux,...
      Maison des associations de Strasbourg
      1 place des Orphelins - 67000 Strasbourg
      18h15-20h15