Lituanie La Lituanie

 
carte
 
  • Adhésion à l'UE: 2004
  • Adhésion au Conseil de l'Europe: 1993
  • Superficie :65 300 km2
  • Population : 2,97 millions d'habitants(Eurostat-janvier 2013)
  • Capitale : Vilnius
  • Langue officielle : Lituanien
  • Ecouter du lituanien
  • Religions principales : Catholique
  • Régime politique : République
  • Chefs de l'Etat : Dalia Grybauskaite réélue à la présidence de la République de Lituanie le 25 mai 2014
  • Chef du gouvernement : Algirdas Butkevicius, nouveau Premier ministre lituanien depuis le 26 novembre 2012
  • Monnaie : Litas
  • Indicatif téléphonique : + 370
  • Fête nationale : 16 février
  • Les députés européens lituaniens
 

Histoire

 
Université de Vilnius
Université de Vilnius
©Lithuanian State Department of Tourism
 
L’histoire lituanienne est celle d’une forte volonté d’indépendance nationale et d’affirmation culturelle, face à des puissances tentées par la conquête d’une région-carrefour au bord de la mer Baltique. État fondé au XIIIe siècle, la Lituanie commence son expansion territoriale dès le XIVe siècle, époque à laquelle le pays est l’un des plus puissants d’Europe centrale. Incorporée au royaume de Pologne en 1569, la Lituanie doit faire front aux attaques successives de ses voisins et mener des guerres qui affaiblissent considérablement le pays, jusqu’à l’annexion par l’Empire russe en 1795. Dès lors, le XXe siècle peut se définir comme celui du combat, sans cesse réaffirmé, pour retrouver l’indépendance perdue.
 
  • 1915 L’Allemagne occupe le pays pendant la Première Guerre mondiale.
  • 1918 La Lituanie proclame son indépendance. Elle n’est reconnue par la Russie qu’en 1920, après deux ans de guerre d’indépendance.
  • 1940 Invasion des troupes soviétiques lors du second conflit mondial. La Lituanie devient une république fédérée au sein de l’URSS. Cette période est interrompue trois ans pendant l’occupation allemande.
  • 1988 Les réformes entamées par Gorbatchev (politique de la Glasnost) au sein de l’Union soviétique permettent le réveil du sentiment national lituanien. Le mouvement Sajudis, entame la lutte pour l’indépendance.
  • 1991 L’indépendance de la Lituanie est proclamée.
 
  • 1993 Adhésion au Conseil de l'Europe
  • 2004 Adhésion à l’OTAN et à l’UE.
  • 2004 Le gouvernement sortant de gauche, passe un accord avec le parti travailliste du milliardaire d’origine russe Viktor Ouspaskitch, vainqueur des élections législatives du mois d’octobre, pour former une coalition. L’ancien Premier ministre, Algirdas Brazauskas, dirige le nouveau gouvernement de coalition.
  • 2006 Suite à une crise gouvernementale et au retrait du Parti du travail de la coalition, M. Gediminas Kirkilas, social-démocrate, est nommé Premier ministre.
  • 2008 Le conservateur Andrius Kubilius remporte les élections législatives et prend la tête d'un gouvernement de coalition.
  • 2009 Dalia Grybauskaitė est élu Chef de l'Etat.
 
 

Vilnius

 
Vilnius
Vue de Vilnius
©Lithuanian State Department of Tourism
 
Vilnius se situe au sud-est de la Lituanie, non loin des frontières biélorusse et polonaise. Capitale du pays, c’est un important noeud de communications. On y trouve les principales institutions, dont le parlement national : Seimas. L’histoire de la ville remonte au Xe siècle et témoigne des bouleversements politiques de la région : la capitale de la Lituanie est ainsi polonaise au XVIe siècle, russe au XVIIIe, avant de connaître au XXe siècle l’occupation successive de l’Allemagne, la Pologne puis de l’URSS. La capitale lituanienne est un centre religieux, siège de l’archevêché catholique, mais aussi un centre culturel et artistique. Elle est dotée depuis 1579 d’une université fondée par les Jésuites et réputée dans le monde entier. La vieille ville compte nombre de trésors architecturaux comme la cathédrale Saint-Stanislas (XIVe siècle),l’église baroque Saint-Pierre et Saint-Paul, auxquels il convient d’ajouter des bâtiments de style gothique et renaissance. Ces richesses valent à la ville d’être inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1994.
 

L'ambre

 
Ambre
La lumière du monde, l'ambre
 
La côte lituanienne de la Baltique recèle ce qu’on appelle la “lumière du monde” ou encore les “larmes des oiseaux de mer” : l’ambre. Il y a 30 millions d’années, la mer a recouvert les forêts de conifères des territoires baltes. La résine - capturant sur son passage insectes et végétaux - s’est fossilisée et a ainsi conservé un passé lointain. C’est après plusieurs millions d’années que la résine se transforme en ambre. Ce minéral constitue alors une richesse pour le littoral de la Baltique ; un précieux héritage pour la Lituanie qui, durant les siècles passés, a été le point de départ de nombreuses routes de l’ambre, traversant la Pologne, l’Allemagne pour arriver en Méditerranée et parfois jusqu’en Chine. Les Lituaniens sont passés maîtres dans l’artisanat de l’ambre en faisant en particulier de très beaux bijoux. Le plus grand musée de l’ambre se trouve aussi en Lituanie. Situé à Palanga, il expose de façon permanente près de 4 500 pièces en ambre. Plus de 7 millions de visiteurs se sont déjà rendus au musée de Palanga, ce qui est significatif de la fascination que l’ambre continue aujourd’hui d’exercer sur l’homme.
 

La Cigogne

 
Cigogne
©Dumoulin/Région Alsace, Cigogne
 
Non, l’Alsace n’est pas la seule terre de prédilection de la cigogne en Europe ! La cigogne blanche que l’on trouve en Lituanie est un oiseau admiré et protégé. Pièce maîtresse de l’écosystème lituanien, la cigogne apprécie les terrains marécageux et les 3 000 lacs et 700 cours d’eaux de cette république balte. Elle déploie ses ailes d’une envergure de deux mètres dans le ciel lituanien ou se laisse admirer le long des petites routes de campagne. Le froid relatif de l’hiver entraîne sa migration vers l’Afrique centrale et australe, mais elle revient se poser, en été, sur les toits des nombreuses églises lituaniennes. C’est dans ce pays d’Europe que la densité de couples de cigognes est la plus élevée. Un vieux dicton lituanien affirme que là où il y a un nid de cigognes, on rencontre forcément des honnêtes gens : la cigogne est l’oiseau national depuis 1973 et le symbole de la Lituanie.
 

Le saviez-vous ?

 
Les oiseaux migrateurs
15 millions d’oiseaux migrateurs font étape chaque année sur la péninsule de Courlande, sur la côte lituanienne de la Baltique.
 
L'alphabet
Un alphabet de 32 lettres, 7 cas et 5 groupes de déclinaisons font du lituanien une perle linguistique et l’une des langues les plus archaïques de la famille des langues indo-européennes.
 
La Colline des Croix
Sur la Colline des Croix, au centre du pays, se dressent des croix de fer et de bois de toutes tailles en souvenir des différentes répressions que connurent les Catholiques sous le régime tsariste puis soviétique. Ce site est devenu par la suite symbole de résistance nationale.
 
Liens utiles
 
 

Photo du mois

Photo du mois : Lieu d'Europe Proposer une photo

L'agenda européen


    • Du 1 novembre 2014 au 9 novembre 2014

      Forum mondial de la démocratie 2014

    • La 3ème édition du Forum mondial de la démocratie donnera lieu à des rencontres et des débats où experts et grand public se retrouveront pour réfléchir ensemble au devenir du modèle démocratique. Avec cette troisième édition autour du thème "La jeunesse peut-elle redynamiser la démocratie ?", le Forum mondial de la démocratie de Strasbourg s'inscrit progressivement dans le paysage des grandes rencontres de niveau international.

      > Télécharger le programme complet.

      > Retrouvez le programme en ligne.

    • 6 novembre 2014

      "Les pierres d'angle : à quoi tenons-nous ?"

    • Avec Chantal Delsol, philosophe et historienne des idées
      Quelles sont nos pierres d’angle ? De quoi est constitué le socle sur lequel, inconsciemment, nos existences s’appuient chaque jour ? Dans une vaste réflexion sur la figure de l’homme occidental et sa place dans la société contemporaine, Chantal Delsol nous aidera à cerner notre responsabilité en Europe pour aujourd’hui et pour les générations à venir.
      Horaire : 20h30
      Lieu : FEC ; 17 place Saint-Étienne, Strasbourg
      Plus d'informations
    • 12 novembre 2014

      "Religions : demain quelle mission commune pour l'Europe ? Point de vue d'un théologien orthodoxe"

    • Avec Jean-François Colosimo. Président du Directoire des Éditions du Cerf Essayiste, éditeur et enseignant, auteur de plusieurs livres et films, Jean-François Colosimo est actuellement président du directoire des Éditions du Cerf après avoir été président du Centre national du livre. Orthodoxe, il enseigne l’histoire de la philosophie et de la théologie byzantine à l’Institut Saint-Serge de Paris.
      Pour entrer dans notre mission commune au sein d’une Europe multiculturelle, nous écouterons la voix d’un croyant attentif à la géopolitique des cultures.
      Horaire : 20h30
      Lieu : Centre Emmanuel Mounier; 42 rue de l’Université, Strasbourg
      Plus d'informations