drapeau hongrieLa Hongrie

 
 
  • Adhésion à l'UE: 2004
  • Adhésion au Conseil de l'Europe: 1990
  • Superficie : 93 036 km2
  • Population : 9,88 millions d'habitants (2014)
  • Capitale : Budapest
  • Langue officielle : Hongrois
  • Ecouter de l'hongrois
  • Religion principale : Catholique
  • Régime politique : République
  • Chefs de l'Etat : Janos Ader - Président de la République depuis le 2 mai 2012
  • Chef du gouvernement : Viktor Orbán - Premier ministre : réélu le 10 mai 2014
  • Monnaie : Forint
  • Indicatif téléphonique : + 36
  • Fêtes nationales : 20 août - Saint Etienne (15 mars : révolution de 1848 et 23 octobre : soulèvement de 1956)
  • Les députés européens hongrois
 
 

Histoire

 
Pont des chaînes
De toute l’Europe centrale, et malgré les invasions turques et la tutelle des Habsbourg, la Hongrie est le seul pays qui, depuis sa création par Saint-Etienne en l’an 1000, n’a connu aucune interruption de son existence.
 
 
 
  • 1956 Une révolution éclate à Budapest : les manifestants demandent le retrait de leur pays du pacte de Varsovie et des élections libres. L’Armée rouge réprime dans le sang les aspirations démocratiques et libérales des Hongrois.
  • 1956-1988 Janos Kadar est nommé à la tête du parti communiste hongrois. Période de répression politique et de libéralisation économique.
  • 1989 Le parti communiste hongrois se dissout.
  • 1990 Premières élections libres depuis plus de quarante ans. La Hongrie adhère au Conseil de l’Europe.
  • 1999 La Hongrie adhère à l’OTAN.
  • 2004 La Hongrie adhère à l’UE le 1er mai.
  • 2006 Emmené par le Premier ministre Ferenc Gyurcsany, le Parti socialiste (MSzP) remporte les élections législatives
  • 2009 Le Premier ministre Gyurcsány démissionne (mars). Gordon Bajnai, ministre sortant de l'économie, est à la tête d'un "gouvernement de crise".
  • 2010 Dr. Pál Schmitt (Fidesz) est élu Chef de l'Etat, Viktor Orbán (Fidesz) devient Chef de gouvernement.
  • 2011 Présidence du Conseil de l'Union européenne du 1er janvier au 31 juin.
 
 
Bastion  des pêcheurs
Le Bastion des Pêcheurs
©Hungarian National Tourist Office

Bains Gellert
Les bains Gellert, Budapest
 
C’est la réunion, en 1873, des communes de Buda et d’Obuda sur la rive ouest du Danube, et de la commune de Pest, sur la rive est du fleuve, qui a donné naissance à Budapest. Les deux parties de la ville sont reliées par neuf ponts qui enjambent le Danube. Le pont des Chaînes, le premier et le plus imposant, a été construit en 1848. Les collines de Buda, qui dominent l’immense plaine de Pest, renferment de nombreux vestiges de l’époque médiévale, l’ancien château royal, des forteresses, l’église baroque Mathias. Du Bastion des pêcheurs, de style néo-roman, s’ouvre le plus beau panorama sur le Danube et sur le plus grand édifice du pays : le Parlement. Pest, beaucoup plus récente, est le centre administratif et commercial de la ville. C’est sur cette rive du Danube que sont édifiés le parlement de style néogothique et la plus grande synagogue d’Europe. Mais ce sont sans doute les thermes qui font l’originalité et la renommée de cette capitale ; Budapest possède plus de 80 sources thermales, utilisées depuis l'époque romaine et alimentant environ une cinquantaine d’établissements thermaux tels les bains Kiraly, Gellert, Szèchenyi. Budapest est inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1987.
 

La Cuisine hongroise

 
Paprika
Paprika hongrois
©Hungarian National Tourist Office
 
La cuisine hongroise est réputée comme étant la plus grande cuisine d’Europe centrale. L’épice emblématique de la Hongrie est sans conteste le paprika. Introduit au XVIIe siècle par les Turcs, il est d’abord utilisé par les paysans, puis devient l’élément caractéristique de la cuisine hongroise. Il en existe d’innombrables variétés : rose, doux ou piquant. Les Hongrois le cuisinent pour épicer leurs plats traditionnels tels que le gulyas, qui n’est autre que le célèbre goulache - attention, c’est une soupe et non un ragoût -, le halászlé, une soupe de poisson, ou le pörkölt qui est un ragoût. Le pays offre également d’autres découvertes culinaires moins épicées : les palacsinta (crêpes) et même le foie gras souvent servi frit. Reconnue comme la France pour sa gastronomie, la Hongrie est aussi célèbre pour ses vins, le plus réputé étant le Tokaj. Louis XIV disait d’ailleurs de ce vin qu’il était “le roi des vins et le vin des rois”. La Hongrie dispose désormais de l’exclusivité de l’appellation Tokaj. En effet, le Tokay pinot gris alsacien, vin de cépage différent, ne s’appellera plus que Pinot gris.
 
 

Frantz Liszt

 
Liszt
Frantz Liszt
©Hungarian National Tourist Office
 
La Hongrie est un pays de musiciens et de mélomanes. Parmi eux, on peut citer Franz Liszt, Bela Bartok ou encore Zoltan Kodaly. Franz Liszt, fils d’un intendant du Prince Esterhasy, est né en Hongrie à Dobrodja en 1811. Il prend ses premières leçons de piano avec son père. Très brillant, il étudie à Vienne la composition avec Antonio Salieri et le piano avec Karl Czerny. De 1823 à 1835, il vient parfaire son éducation musicale à Paris et fait la connaissance de Chopin, Hugo, Lamartine, Berlioz et Heine. De 1839 à 1847, il se produit dans toute l’Europe, et atteint une célébrité jamais égalée par un interprète avant lui. En 1847, il arrête sa carrière sous l’influence de la princesse russe Carloyne Sayn Wittgenstein. Liszt devient maître de chapelle à la cour du Grand-Duché de Weimar jusqu’en 1861. Il s’installe ensuite à Rome et entre dans les ordres. Il meurt durant le festival de Bayreuth en 1886. Pianiste et chef d’orchestre, Liszt a créé une académie de musique à Budapest où il a enseigné. On doit à ce grand connaisseur du folklore hongrois 19 rhapsodies hongroises.
 

Le saviez-vous ?

 
L'invention de la vitamine C
Szent-Györgyi
Albert von Szent-Györgyi
© The Nobel Foundation
 
C’est le biochimiste hongrois Szent-Györgyi qui découvre la vitamine C en 1933. Si les travaux étaient déjà bien avancés en France et aux Etats-Unis, il est le premier à isoler cette vitamine en quantité assez importante et ce à partir du paprika, variété de piment hongrois.
 
Le premier métro de l'Europe continentale
 
Métro
1896, le premier métro de Budapest
©Hungarian National Tourist Office
 
À Budapest roule en 1896 le premier métro d’Europe continentale, le plus ancien du monde après le réseau sou-
terrain de Londres, mis en service en 1863.
 
Le Rubik's cube
Le Rubik’s cube, ou cube hongrois, est l’invention d’Erno Rubick en 1974. Dans les années 1980, l’engouement autour du jeu créé par cet architecte hongrois est tel qu’il donne même lieu à l’organisation d’un championnat du monde.
 
Prix Nobel
 
En 2002, Imre Kertész fut le premier écrivain hongrois à obtenir le Prix Nobel de littérature.
 
 
 
A lire également
 
 

Photo du mois

Photo du mois : CIIE - neige Proposer une photo

L'agenda européen


    • 28 février 2017

      Mobilité transfrontalière, européenne et internationale

    • Soirée d'information à destination des responsables associatifs et bénévoles sur les programmes de mobilité : volontariat, rencontres de jeunes, emploi, chantier internationaux,...
      Maison des associations de Strasbourg
      1 place des Orphelins - 67000 Strasbourg
      18h15-20h15
    • 5 mars 2017

      Teach me l’Europe : 1 heure pour comprendre « le principe de libre circulation des personnes dans l’Union européenne »

    • Dès 1957, le traité de Rome posait le principe de la libre circulation des personnes, mais il a fallu plus de 40 ans pour que les Européens ne soient plus soumis à des contrôles aux frontières.
      La libre circulation des personnes dans l'espace européen est un principe fondamental de l'Union européenne. En vertu de ce principe, tout citoyen européen ainsi que les membres de sa famille peuvent se déplacer dans un autre pays de l'Union européenne pour voyager, étudier, travailler et même résider.
      Cette liberté fondamentale se retrouve régulièrement dans le débat, écartelée entre ses fervents défenseurs et ses ennemis jurés. Considéré pour certains comme l’un des grands avantages de l’Union européenne, elle est pour d’autres la cause de nombreuses inquiétudes.
      Afin de dépassionner le débat, le Centre d’Information sur les Institutions Européennes et le Lieu d’Europe vous invitent à venir décoder et analyser le principe de libre circulation des personnes, dimanche 5 mars à 16h30 au Lieu d’Europe, 8 rue Boecklin à Strasbourg.