drapeau Arménie Arménie

 
 
carte Arménie
© Commission européenne
 
  • Adhésion au Conseil de l'Europe : 2001
  • Nom officiel : République d’Arménie
  • Superficie : 29 800 km²
  • Population : 2,98 millions d’habitants (2014)
  • Capitale : Erevan
  • Langue officielle : arménien
  • Religion principale : Christianisme (église apostolique arménienne)
  • Régime politique : République
  • Chef de l'Etat : Armen Sarkissian (Président) élu le 2 mars 2018.
  • Chef du gouvernement : Karen Karapetyan (Premier ministre) depuis septembre 2016
  • Monnaie : Dram (AMD)
  • Indicatif téléphonique : +374
  • Fête nationale : 21 septembre
 

Histoire

 
Eglise St Grégoire, Erevan

L’Arménie, convertie au christianisme à partir de la fin du IIIème siècle après J.C., a un passé caractérisé par une menace constante d’invasion par des puissances étrangères. Son passé historique est marqué par le passage de conquérants comme les Grecs, les Romains, les Perses, les Byzantins, les Mongols, les Arabes, les Ottomans et les Russes. Des luttes de pouvoir ont eu lieu, notamment entre les ottomans et les perses, qui ont duré plusieurs siècles. Ne disposant pas d’accès à la mer, les relations avec ses voisins demeurent ambigües, comme c’est le cas avec la Turquie à propos des événements de 1915 et avec l’Azerbaijan.

© www.yerevan.am
 
  • 1828 : l'Arménie orientale passe dans l'Empire russe par le traité de Turkmentchaï.
  • 1878 : fin des guerres russo-turques par le traité de Berlin.
  • 1894-1896 : Abdülhamid organise le massacre de 100 000 à 200 000 arméniens. Nouvel exode.
  • 1915-1918 : islamisation forcée, confiscation de terres, déportations et massacres massifs d'Arméniens en Arménie turque. 1,5 millions d'Arméniens sont exterminés pendant le Génocide de 1915.
  • 1918-1920 : constitution d'une République d'Arménie, formellement indépendante.
  • 1920 : par le traité de Sèvres, le Président Wilson attribue un vaste territoire à l'Arménie. En septembre, invasion turque en Arménie. Le 2 décembre, signature d'un traité de paix entre l'Arménie et la Turquie. En décembre, l'Armée rouge entre à Erevan. L'Arménie devient république socialiste soviétique
  • 1921 : les frontières de la Transcaucasie sont fixées par le traité de Kars entre la Turquie et la Russie. L'Arménie perd des territoires.
  • 1922 - 1991 : L'Arménie fait partie intégrante de l'URSS.
 
  • 1990 : le Mouvement National arménien gagne les élections. En août, le parlement adopte la déclaration d’indépendance de l’Arménie.
  • 21 septembre 1991 : par référendum, l’Arménie proclame son indépendance.
  • 16 octobre 1991 : Levon Ter Petrossian devient le premier président d’Arménie élu au suffrage universel.
  • 2 mars 1992 : admission de la République d'Arménie à l'ONU.
  • 5 juillet 1995 : Nouvelle constitution pour la République arménienne.
  • 1996: Accord de partenariat entre l'UE et l'Arménie, entré en vigueur en 1999
  • Mars 1998 : M. Robert Kotcharian devient le deuxième Président de la République arménienne.
  • 25 janvier 2001: adhésion au Conseil de l'Europe
  • 30 janvier 2001 : le président Chirac a promulgué la loi reconnaissant le génocide arménien.
  • 2004: adhésion de l'Arménie à la Politique Européenne de Voisinage (PEV) de l'UE
  • 19 octobre 2008: adhésion à l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) en tant qu'Etat associé
 

Erevan

 
Erevan Place RépubliqueErevan est l’une des villes les plus anciennes du monde. On y mentionne une inscription cunéiforme gravée sur la pierre en 782 av. J.C., se référant à la construction par le Roi Arghisti I d'une forteresse qu'il nomma Erebouni, qui serait à l'origine du nom de la ville.
Capitale de l’Arménie, située sur la rivière Razdan, la ville de Erevan constitue le pôle majeur du pays en termes économiques, administratifs et scientifiques. Mentionnée pour la première fois au VIème siècle avant J.C., elle devint le centre administratif de l’Arménie orientale en 1440, avant de passer dans les mains de l’empire russe en 1828. De par l’histoire du peuple arménien, la ville est non seulement la capitale du pays, mais également la capitale de l’ensemble des arméniens éparpillés dans le monde. Depuis l'indépendance de l'Arménie, la ville de Erevan est en pleine phase de libération vis-à-vis des symboles du régime communiste. Des noms de grandes avenues et de places sont rebaptisées, alors que les statues des héros de l'Union soviétique sont retirées.
Ville ayant connu plusieurs civilisations au cours des siècles, Erevan abrite la fondation Matenadaran, qui constitue l’une des plus anciennes et des plus riches bibliothèques au monde, reconnue par le programme « Mémoire du monde » de l’UNESCO.


Photos: © Wikimedia Commons - Place de la République, Erevan
 

Architecture

 

OdzunL’architecture détient une place importante dans l’héritage arménien. Le passage des civilisations a laissé un héritage architectural important et mondialement reconnu. A partir du début de la christianisation, le pays a connu une nouvelle ère dans l’architecture. De nombreux temples et églises ont été érigés, aujourd’hui inscris dans la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. A ce titre, trois ensembles de monuments peuvent être mentionnés : la Cathédrale et les églises d’Etchmiadzine et le site archéologique de Zvarnotz (2000); le Monastère de Gherart et la Haute vallée de l’Azat (2000) ; les Monastères de Haghbat et de Sanahin (1996).


photo: Eglise d'Odzun
© wikimedia commons

 

Le saviez-vous?

 
  • A quoi renvoient les couleurs du drapeau arménien?
drapeau ArménieSymbole emblématique de l’Arménie, le drapeau est constitué de trois bandes horizontales de la même largeur, chacune d’elle ayant une signification particulière.
La couleur rouge, tout en haut, représente la lutte constante du peuple arménien pour sa survie. La couleur bleue, au milieu, symbolise la volonté du peuple arménien de vivre dans un environnement pacifique; enfin, le jaune, tout en bas, renvoie à la créativité et à la persévérance, considérées comme des caractéristiques des arméniens.
 
 
 
A lire également
 
 

Photo du mois

Photo du mois : cettefoisjevote Proposer une photo

L'agenda européen


    • 26 avril 2019

      Rencontre - « L'Europe, merveilleuse histoire »

    • Comment aimer l'Europe sans connaître son histoire ? Laissez-vous émerveiller par son histoire où la culture, l'humanisme, la beauté arrivent à étouffer le bruit des guerres lors d'une rencontre avec Jean-Louis de Valmigère et des étudiants de la HEAR, animée par Anka Wessang, qui aura lieu le vendredi 26 avril à partir de 17h à la Librairie Kléber.

      Retrouvez le programme des Conversations sur le site de la Librairie Kléber.
    • Du 27 avril 2019 au 28 avril 2019

      Simulation de Parlement européen

    • Le week-end des 27 et 28 avril 2019, Les Jeunes Européens - Strasbourg organisent leur quatrième simulation de Parlement européen à l'Eurométropole. Cet événement est parrainé par l'Université de Strasbourg, le Crous et la Ville de Strasbourg.

      L'objectif est d'attirer l'attention et l'intérêt d'un public jeune (16 à 30 ans), parfois éloigné des questions européennes, et de mieux appréhender les enjeux et l'impact de l'Union européenne dans leur quotidien en devenant, le temps d'un week-end, député européen.

      Plus d'informations et modalités d'inscription (obligatoire) sur la page l'événement Facebook des Jeunes Européens - Strasbourg.
    • 7 mai 2019

      Présentation du livre « La merveilleuse histoire de l'Europe »

    • Dans son ouvrage, Jean-Louis de Valmigère revisite le récit européen, des Romains à nos jours, et nous dépeint un tableau accessible et compréhensible qui permet de remettre l’Europe à la portée de tous. L’Histoire comme un conte, c’est ce que l’auteur entend transmettre aux lecteurs en mettant en lumière une histoire méconnue.

      La présentation de l'ouvrage aura lieu le mardi 7 mai 2019 à partir de 18h au Lieu d'Europe. Retrouvez l'événement sur le site du Lieu d'Europe.