drapeau MacédoineAncienne République yougoslave de Macédoine (ARYM)

 
 
carte Macédoine
© Commission européenne
 
  • Adhésion au Conseil de l'Europe : 1995
  • Superficie : 25 713 km2
  • Population : 2,07 millions d'habitants (2014)
  • Capitale : Skopje
  • Langue officielle : macédonien
  • Religion principale : Christianisme orthodoxe
  • Régime politique : république
  • Chef de l'Etat : Gjorge Ivanov (Président) depuis le 12 mai 2009
  • Chef du gouvernement : Zoran Zaev depuis le 31 mai 2017
  • Monnaie : Denar (MKD)
  • Indicatif téléphonique : + 389
  • Fête nationale : 2 août
 

Histoire

 
Université de Saint Clément, 9ème siècle, à OhridDepuis la fin du Moyen Âge, comme l'ensemble des Balkans, la République de Macédoine était sous la domination de l'Empire ottoman. En raison de la montée du nationalisme des populations assujetties au XIXe siècle, l'Empire ottoman subit des échecs qui contribuèrent à la désintégration progressive de l'Empire...



Université de Saint Clément, IXème siècle, à Ohrid
© Ministère des Affaires étrangères Macédoine
 
  • 1912-1913 : première Guerre des Balkans : la Grèce, la Bulgarie et la Serbie réussissent à arracher la Macédoine de l'Empire ottoman.
  • 1913 : un conflit entre ces trois États est à l'origine de la seconde Guerre des Balkans. La majorité de la Macédoine est alors partagée entre la Serbie et la Grèce, et la Bulgarie n'en reçoit qu'une petite partie.
  • 1944 : au cours de la Seconde Guerre mondiale, la Yougoslavie est démembrée, mais en novembre, le gouvernement de Tito décide que la Macédoine devrait faire partie de la future fédération yougoslave et reconnaît la Macédoine yougoslave comme un peuple distinct.
  • 1946 : lorsque la République fédérale socialiste de Yougoslavie est proclamée, la Macédoine yougoslave devient officiellement l'une des six républiques de ce pays.
  • 1980 : Après la mort du maréchal Tito, la Macédoine, à l’instar des autres républiques yougoslaves, commence à manifester son mécontentement vis-à-vis du gouvernement fédéral dominé par les Serbes, et la minorité albanaise fit de même à l’encontre du gouvernement macédonien.
 
  • juin 1991 : les Républiques de Croatie et de la Slovénie déclarent officiellement leur indépendance de la Yougoslavie et sont pleinement reconnues par la communauté internationale.
  • 8 septembre 1991 : la Macédoine yougoslave tient un référendum sur l’indépendance. La très grande majorité de la population, soit 95 %, vote pour.
  • octobre 1991 : la Macédoine yougoslave proclame son indépendance et devient la République de Macédoine, mais reconnue officiellement sous la dénomination de l’Ex-République yougoslave de Macédoine (ARYM), en raison du refus de la Grèce de lui reconnaitre le nom de "Macédoine".
  • 1993 : L'ARYM devient membre de l'organisation des Nations Unis (ONU).
  • 2001 : signature de l'accord de stabilisation et d'association avec l'UE.
  • 2004 : La République de Macédoine est candidate à l'adhésion à l’Union européenne. Entrée en vigueur de l’accord de stabilisation et d’association ;
  • 2005 : le Conseil européen octroie le statut officiel de pays candidat à la République de Macédoine, mais n'ouvre pas les négociations d'adhésion en raison d'un conflit avec la Grèce portant sur le nom du pays.
 

Skopje

 
Avant-plan: Chivte Amam, bain turc, 16ème
Derrière-plan: Mosquée Mustafa Pasha, 1519. Avec un minaret particulièrement attractif, faite de pierres dégrossies, la façade décorée d'ornementsCapitale et plus grande ville de la République de Macédoine, Skopje regroupe environ le tiers de la population totale du pays. Son statut lui permet de concentrer naturellement la majeure partie des fonctions administratives, politiques, économiques et culturelles de Macédoine. Située le long du fleuve Vardar, le plus grand de Macédoine, la ville est entourée par plusieurs chaînes montagneuses. Les trésors culturels sont nombreux : cathédrale St-Clément, le "kale" construit au XIe siècle à l'époque où la Macédoine passait tour à tour entre les mains de Byzance, de la Bulgarie et de la Serbie, la forteresse de Skopje, le Musée d'Art Contemporain, la mosquée Mustafa Pacha construite en 1492, et bien entendu, le célèbre Bazar. Aujourd'hui, la ville est toujours profondément marquée par le tremblement de terre de 1963, qui détruisit presque entièrement la cité et de nombreux monuments anciens.

© Ministère des Affaires étrangères Macédoine
 

Festival d’été d’Ohrid, ville du patrimoine mondial

 
Un lieu de vacances offrant la tranquillité et une multitude de vestiges historiques
Lac Ohrid, Saint Jovan Bogoslov, Kaneo, 13ème
La contrée naturelle et culturo-historique d’Ohrid est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco en raison de la présence de nombreux sites archéologiques parmi les plus anciens du néolithique, de l'Age de bronze et de la période hellénistique. Par ailleurs, la richesse de la contrée lui a valu d'être inscrite en 1979 sur la liste du patrimoine mondial.
Depuis 1961, le festival d'été d'Ohrid a lieu du 12 juillet jusqu’au 20 août sur différents sites, mais surtout dans la fastueuse Cathédrale Sainte Sophie du XIe siècle. Membre de l’Association européenne des festivals (AEF), ce festival est reconnu comme l’un des événements les plus prestigieux de ce genre. Son programme met l’accent sur la musique classique, le ballet, l’opéra et sur le théâtre. Ces dernières années, le festival s’est également ouvert aux performances alternatives et contemporaines, tant européennes qu'internationales.

Photos: Lac Ohrid, plage de Trpeica/ Lac Ohrid, Saint Jovan Bogoslov, XIIIème siècle
© Ministère des Affaires étrangères Macédoine
source texte : site du Conseil international des monuments et des sites http://www.international.icomos.org/home_fra.htm
 

Simon Trpceski, jeune pianiste à la renommée internationale

 
Le pianiste simon trpceski, connu dans le monde entierSimon Trpceski est né en République de Macédoine en 1979, il s'est imposé comme l’un des jeunes musiciens les plus remarquables qui aient émergé ces dernières années, s’illustrant avec bon nombre des plus grands orchestres du monde et ravissant les auditoires partout où il passe. Il a été membre de BBC New Generation Scheme de 2001 à 2003 et en mai 2003 il reçut le Young Artist Award par la Royal Philharmonic Society. Il s'est produit avec plusieurs des orchestres les plus connus du monde. notamment au Royaume-Uni avec le London Symphony Orchestra, le hilharmonia Orchestra, le London Philharmonic Orchestra, et les Orchestres Symphoniques de Hallé, City of Birmingham Symphony, Royal Liverpool Philharmonic et Bournemouth.
Ses deux premiers disques ont reçu les prix Editor's Choice et Debut aux Gramophone Awards. Son deuxième album de récitals portant sur Rachmaninov, a été chaleureusement accueilli par la critique et a marqué son passage chez EMI Classic's. Un troisième disque de Chopin ainsi qu'un quatrième autour de Debussy a également suscité l'éloge des critiques.

© Ministère des Affaires étrangères Macédoine
Source du texte : http://trpceski.com/
Festival d'été...
 

Le saviez-vous?

 
  • Une question de nom...
Vieux moulin de blé, village de Papradiste, Mont BabunaLa vieille dispute sur le nom officiel de la Macédoine remonte à 1991 lors de la proclamation de son indépendance vis-à-vis de l'ex-Yougoslavie. La Grèce estime que l'ancienne Macédoine de l'antiquité, patrie d'Alexandre le Grand, est située sur son territoire. Elle allègue aussi que le territoire ne possédait pas le nom de Macédoine avant la Seconde Guerre mondiale, mais celui de Vardarska. Ainsi, elle considère que le nom de la République de Macédoine implique une revendication territoriale sur sa province nord de Macédoine et risque de déstabiliser la région. L'ex-République yougoslave de Macédoine a exprimé le souhait de changer le nom provisoire d'"Ancienne République yougoslave de Macédoine" (ARYM, ou FYROM en anglais) sous lequel elle est entrée aux Nations Unies, en 1993, pour celui de « République de Macédoine », qui figure dans sa propre Constitution. La Grèce bloque depuis 1991 la reconnaissance internationale sous les deux noms. Il n’y a que quelques pays qui reconnaissent l’acronyme ARYM à ce jour - essentiellement la Grèce et ses alliés - contrairement à la dénomination "République de Macédoine" utilisée comme appellation officielle par les pays. Cette divergence fait l'objet d'une négociation organisée sous les auspices de l'ONU, mais aucun accord n'a été trouvé à ce jour.

Source du texte : service d'information des Nations Unis :
http://www.un.org
Photo: Vieux moulin de blé, village de Papradiste, Mont Babuna
© Ministère des Affaires étrangères Macédoine


  • Soleil de Vergina
soleil VerginaAdopté comme emblème de la République de Macédoine en 1991, le soleil de Vergina est un symbole découvert dans l'actuelle Vergina, dans une tombe royale attribuée au souverain Philippe II de Macédoine. Composé d'un rond entouré de 16 rayons, ce soleil stylisé est supposé être l'emblème de la dynastie des Argéades dans la Macédoine antique.
A l'instar de la dénomination "Macédoine", la Grèce conteste l'utilisation de cet emblème par la République de Macédoine comme étant antérieur à l'histoire slave, rattaché au patrimoine hellénique. La République hellénique craint en effet que l'ARYM ne veuille revendiquer un désir expansionniste pour s'accaparer la région grecque Macédoine.

 
 
 
A lire également
 
 

Photo du mois

Photo du mois : Parlamentarium Proposer une photo

L'agenda européen


    • 24 septembre 2017

      Visite guidée du quartier européen de Strasbourg

    • Rendez-vous à 10h30 au pied des escaliers devant le Conseil de l’Europe, avenue de l’Europe. La visite proposée permettra de s’attarder devant le Conseil de l’Europe, la Cour européenne des Droits de l’homme, le Parlement européen, Arte… pour approfondir leurs histoires et leurs fonctions. Inscription au 03 68 00 09 10 ou lieudeurope@strasbourg.eu
    • 1 octobre 2017

      1 heure pour comprendre "L'Europe à Strasbourg"

    • Après son titre de « capitale de Noël », Strasbourg « capitale européenne » est probablement l’autre titre de la ville le plus connu en France et à travers le monde. Pourtant lorsque l’on vous pose des questions sur les institutions européennes à Strasbourg, vous vous sentez désarmé pour expliquer la différence entre l’Union européenne et le Conseil de l’Europe, le rôle précis de ces institutions qui font la singularité de la capitale alsacienne. Dimanche 1er octobre à 16h30, le Centre d’Information sur les institutions Européennes et le Lieu d’Europe vous proposent une séance de « rattrapage » d’une heure pour décoder l’Europe à Strasbourg. A l’issue de cet atelier, l’Europe des 47, des 28, Parlement européen, Conseil de l’Europe, CEDH, n’auront plus de secret pour vous !
      Entrée libre - Lieu d'Europe - 8 rue Boecklin à Strasbourg


C'est arrivé un ...

19 septembre

La Pologne devient membre d'Eurimages