drapeau Albanie

 
carte Albanie
© Commission européenne
 
  • Adhésion au Conseil de l'Europe : 1995
  • Superficie : 28 748 km2
  • Population : 2,89 millions d'habitants (2014)
  • Capitale : Tirana
  • Langue officielle : albanais
  • Régime politique : République parlementaire
  • Chef de l'Etat : Ilir Meta élu président depuis le 29 avril 2017
  • Chef du gouvernement : Edi Rama (Premier ministre) depuis le 15 septembre 2013
  • Monnaie : le lek
  • Indicatif téléphonique : + 355
  • Fête nationale : 28 novembre
 

Histoire

 
Albanie ruinesAu confluent des cultures grecques, romanes, italiennes et turques, l'Albanie bénéficie de l'héritage culturel des rives de la méditerranée. Malheureusement au coeur de l'instabilité politique qui règne dans les Balkans, l’Albanie a été touchée par les principaux conflits européens du XXème siècle, notamment au Kosovo voisin. Véritable tête de pont dans la région, le pays joue un rôle central pour l'Otan, ainsi que pour les Etats-Unis en particulier.

photo © Ambassade d'Albanie en France
 
  • 1912 : Indépendance de l'Albanie après 4 siècles de domination ottomane.
  • 1920 : Congrès de Lushnje, Tirana devient capitale.
  • 1939 : Rattachement de l'Albanie à l'Italie fasciste.
  • 1941 : Retrait de l'Italie suite à l'échec de l'attaque lancée contre la Grèce. Création du parti communiste albanais.
  • 1943-1944 : Occupation par l'armée hitlérienne et libération.
  • 1946 : Fondation de la République populaire d'Albanie par Enver Hoxha.
  • 1948 : Rupture avec Tito.
  • 1961 : Rupture avec l'URSS et appui de la Chine. Plus tard, l'Albanie quitte le pacte de Varsovie.
  • 1967 : Interdiction totale de pratiquer toute religion.
  • 1978 : Rupture avec la Chine.
 
  • 1992 : accord de commerce et de coopération avec l'UE. Eligibilité aux fonds européens du programme PHARE.
  • 1994 : L'Albanie devient membre de ce qui deviendra l'OSCE.
  • 1995 : L'Albanie devient membre du Conseil de l'Europe (juillet) et du "partenariat pour la paix " de l'OTAN.
  • 2006 : signature de l'accord relatif à la politique européenne pour les Balkans occidentaux.
  • 2008 : entrée en vigueur de l'accord de facilité pour les visas.
  • 2009 : L’Albanie devient membre de l’OTAN lors du sommet de Strasbourg-Kehl. Entrée en vigueur de l'accord principal d'association et de stabilisation. Dépôt de la demande d'adhésion à l'UE.
  • 2010 : accord de libéralisation des visas avec l'UE.
  • 2014 : l'Albanie devient officiellement candidate pour faire partie de l'Union européenne
 

Tirana

 
TiranaLe territoire autour de Tirana était déjà peuplé à l’âge néolithique : une plaine fertile, riche en bois et eau, au croisement de l’Adriatique et de l’Albanie de l’Est. Aujourd’hui, le Mont Dajti à l’Est de Tirana est un parc national, préservant la beauté naturelle du pays.
Officiellement fondée en 1614 par le général ottoman Sulejman Pasha qui construisit cette année-là une mosquée, une boulangerie et des bains turcs, Tirana devient capitale de l’Albanie en 1920 lors du Congrès de Lushnjë par le gouvernement provisoire. La ville connu une croissance rapide au cours du XXème siècle en raison de sa production agricole, des industries textile, mécanique et pharmaceutique.A partir des années 1960, Tirana connait une seconde période d’expansion démographique qui s’accentue dans les années 90 avec l'arrivée massive d'Albanais du nord du pays ainsi que de réfugiés du Kosovo.
La ville est aujourd’hui le principal centre industriel et culturel du pays qui tente de développer son industrie touristique. La plupart des monuments de Tirana sont situés à proximité de la Place du héros national Skanderbeg - qui combattit pour la libération de l'Albanie de l'oppression turque. On y trouve entre autres le Musée national d’histoire, la Pyramide, ancien mausolée d’Enver Hoxha et actuellement salle d’exposition, l’Opéra et le Palais de la Culture de style soviétique, des immeubles datant de l’occupation italienne, de style fasciste, la Mosquée Et’hem Bey datant de 1794 et la Tour de l’Horloge de 1821 ainsi que le Pont de Tabakkane sur la rive droite de la Lana, datant de l'époque ottomane (XVII-XVIIIe siècle).
renaissance d'une ville renaissance d'une ville renaissance d'une ville
Photos:Tirana : Copyright Shqiperia Com
Tirana, renaissance d'une capitale
© tirana.gov.al
 

Mère Teresa

 
personnalité“ Par mon sang, je suis albanaise. Par ma nationalité, indienne. Par ma foi, je suis une religieuse catholique. Pour ce qui est de mon appel, j’appartiens au monde. Pour ce qui est de mon cœur, j’appartiens entièrement au Cœur de Jésus.”
Mère Teresa, Oslo, cérémonie du Prix Nobel pour la Paix.

Appelée la "Sainte des Bas-Fonds", c’est une des figures marquantes du XXème siècle.
Née Agnes Gonxha Bejaxhiu à Skopje à l’aube de la première guerre mondiale, elle est la dernière d’une famille albanaise de 3 enfants. Alors qu'elle devient orpheline de père à 9 ans, sa mère fonde une petite entreprise familiale pour subvenir aux besoins de sa famille. A 18 ans elle exprime le souhait de devenir missionnaire. Elle sera envoyée en Inde en 1929, où elle développera un affect particulier pour le pays dont elle adoptera la nationalité en 1947. A Darjeeling, elle prononce ses premiers vœux et choisit comme nom Teresa. De 1929 à 1946 elle enseigne au collège Sainte-Marie de Calcutta avant d’en devenir la directrice. Frappée par la misère extrême des habitants des "slums", elle décide de se consacrer aux bidonvilles. En 1947 elle créée la première école dans les quartiers populaires de Calcutta. En 1948 elle obtient du pape l’autorisation de quitter son couvent pour se mettre au service des "plus pauvres parmi les pauvres". Elle revêt un sari blanc à bordures bleues et fonde en 1950 la Congrégation des missionnaires de la charité. Elle n’aura par suite de cesse de s’occuper des enfants abandonnés, en particulier en leur trouvant des parents adoptifs et en créant des écoles.
 

Le saviez-vous?

 
  • Tradition culinaire
byrekSouvent décrite comme étant « à la croisée des saveurs de l’Orient et de l’Occident » à l'instar de son héritage multiculturel, la cuisine constitue l'une des richesses phares de la culture albanaise. Caractérisés par des produits frais (légumes, fruits, laitages), des grillades de viande (mish zgare), des soupes, les plats traditionnels albanais les plus populaires sont: le byrek, sorte de pâte feuilletée aux épinards ou au fromage; le fërgesë tiranase, mélange de yaourt et de viande; les qofte de Korça, viande hachée avec une sauce épicée; le gliko de Përmet et de Korça, sorte de confiture de pommes ou de poires. Dans les villes proches de la mer Adriatique et des cours d’eau, les poissons sont souvent de grande qualité (daurade, loup -bar- et colin sur le littoral ; pour les poissons d’eau douce, à noter : la carpe de Shkodër et le fameux Koran, sorte de truite saumonée, du lac de Pogradec).

Photos: byrek; patrimoine naturel © Greg Ronnen

  • Imposture
le saviez-vousEn 1913, un duo de cirque parvint a monter l'une des plus grosses escroqueries de l'histoire. Escroc de son état, l'allemand Otto Witte pris l'identité d'un clown et décida de se faire passer pour le neveu du Sultan, le Prince Halim Eddine, aidé dans sa tâche par son compagon Max Schlepsig, qu'il rencontra dans une prison de Barcelone où il purgeait une peine pour escroquerie. Il se fit couronner roi, se prétendant ainsi Otto Ier, puis annonça qu'il déclarait la guerre au Monténégro. Démasqué trois jours plus tard, il s'enfuit avec une partie du trésor.

carte postale allemande sur Otto Witte, © ansichtskarten-pankow.de
 
Sources des textes:
www.albanian.com/
http://www.amb-albanie.fr/
www.nobel-paix.ch/
http://www.ambafrance-al.org/
http://www.heimbacher-infoblatt.de/
 
 
 
A lire également
 
 

Photo du mois

Photo du mois : LDE printemps Proposer une photo

L'agenda européen


    • 30 mai 2017

      Conférence-débat sur "La bureaucratie européenne, mythe ou réalité : vers une démocratie participative ?"

    • Le mardi 30 mai à 18h30, la MESA organise une conférence sur "La bureaucratie européenne, mythe ou réalité : vers une démocratie participative ?" en compagnie de Massimo Balducci, professeur de sciences politiques à l'Université de Florence et spécialiste de l'Europe et de l'administration européenne.

      L'évènement est ouvert au public et la participation est libre. Il se tiendra à l'ERAGE, 4 rue Brûlée à Strasbourg.

      Inscription conseillée @ secretariat.mesa@gmail.com.
    • 11 juin 2017

      Visite guidée du quartier européen

    • A 11h. Rendez-vous au pied des escaliers devant le Conseil de l’Europe, avenue de l’Europe. La visite proposée permettra de s’attarder devant le Conseil de l’Europe, la Cour européenne des Droits de l’homme, le Parlement européen, Arte… pour approfondir leurs histoires et leurs fonctions.
      Inscription au 03 68 00 09 10 ou lieudeurope@strasbourg.eu