Fête nationale de la Roumanie
Date : ven 1 déc 2017

Le 1er décembre, la fête nationale de la Roumanie commémore l'Union de la Transylvanie.
L'effondrement de la monarchie austro-hongroise en 1918 crée les conditions favorables pour que les pays qu'elle persécute s'émancipent. Du 15 au 28 novembre 1918, l'Assemblée Nationale de Bucovine vote l'union de cette principauté avec la Roumanie.

Du 18 novembre au 1er décembre 1918, l'Assemblée nationale d'Alba lulia, en Transylvanie vote en présence de plus de 100 000 roumains l'Union de Transylvanie et du Banat avec la Roumanie.
Cette annexion, acquise à l'issue de la Première Guerre mondiale est reconnue par l'Autriche (Traité de Saint-Germain-en-Laye, en 1919) et par la Hongrie (Traité de Trianon, en 1920). Ainsi la Transylvanie rejoint l’ancien Royaume de la Roumanie.

En savoir plus sur la Roumanie

 
 

Photo du mois

Photo du mois : 2018-Annee-europeenne-du-patrimoine-culturel Proposer une photo

L'agenda européen


    • 21 avril 2018

      Film-débat « Les ombres, un conte familial »

    • Samedi le 21 avril à 17h00

      Dans le cadre de l’exposition « Objets transmissionnels », suivi par un discussion avec la réalisatrice Leïla Férault-Levy.

      Un conte familial, très personnel qui interroge les racines et pénètre dans les méandres des histoires familiales marquées par la guerre. L’oncle de Leïla naît en 1944 en Pologne, dans l’étable de paysans où se cachaient ses parents. Pour le sauver, son père le dépose sur le rebord d’une fenêtre, avant d’être abattu par les Allemands et jeté dans une fosse. Après la guerre, sa mère (grand-mère de Leïla) émigrée en France, négocie durement le retour de l’enfant avec la famille nourricière. Elle épouse un homme qu’elle dit être le père. L’enfant a grandi, et 46 ans plus tard, il érige un cénotaphe : un tombeau vide, sans corps, pour son père inconnu. Ce jour-là sa famille française et sa famille polonaise sont réunies, seule manque sa mère, qui refuse de retourner en Pologne. À travers cette pierre, Leïla Férault-Levy interroge les ombres, les traces et les répercussions du génocide sur les trois générations de la famille française et polonaise.
      Récompensé par une Étoile de la Scam 2014, ce film a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

      Entrée libre.
    • 22 avril 2018

      Concert klezmer et yiddish

    • Dans le cadre de l’exposition « Objets transmissionnels » avec Lloica Czackis (chant, guitare), Astrid Ruff (chant), Michel Borzykowski (saxophones) et Yves Weyh (accordéon).
      Entrée libre.
      Dimanche le 22 avril à 17h00
      >en savoir plus